Back to top

Marc Chagall, Le Père

Paris, France, 1911

Huile sur toile de lin entoilée

H. 80 - L. 44,20 cm (châssis) H.95 - L.58,7 - E.7,5 cm (cadre)

Dépôt du Musée national d'art moderne - Centre Pompidou

Image
Le Père

Le Père

photo © RMN-Grand Palais - mahJ

L'histoire de la restitution

Luthier et professeur de violon, David Cender (Łódź, 1899 – Metz, 1966) acquiert Le Père en 1928 à Varsovie auprès du marchand Abe Gutnajer. La toile faisait probablement partie des œuvres laissées par Chagall à son départ de Paris en 1914. Au printemps 1940, David Cender doit abandonner tous ses biens lorsqu’il est transféré dans le ghetto de Łódź. Il sera ensuite déporté à Auschwitz avec sa femme et sa fille, qui seront assassinées.

Rescapé, David Cender s’installe en France en 1958 et entreprend l’année suivante des démarches auprès de la République fédérale d’Allemagne en vue de l’indemnisation des biens qui lui ont été spoliés. Les autorités allemandes reconnaissent en 1972 la spoliation du tableau, mais sa localisation reste inconnue.

Ce n’est que récemment, grâce aux recherches de provenance menées par la société Mondex, puis par la Mission de recherche et de restitution des biens culturels spoliés entre 1933 et 1945 du ministère de la Culture et le Musée national d’art moderne – Centre Pompidou, que l’œuvre a pu être identifiée dans les collections de ce dernier. Elle y était entrée par dation en paiement des droits de succession de Marc Chagall en 1988, le peintre ayant récupéré le tableau après guerre dans des conditions inconnues. 

« L’image était peinte avec des couleurs contrastées fortes, le visage était blanc. Les yeux sombres ressortaient du visage blanc, il était bordé de rouge. Les cheveux épais qui pendaient en papillotes à gauche et à droite sous le couvre-chef, la barbe forte et la moustache tombante étaient noirs et gris. Le fond était très coloré, appliqué de manière épaisse. Je me souviens encore que la casquette était un peu tordue, de sorte que la visière pointait davantage vers la gauche […] » David Cender, attestation du 21 mai 1962

Comme toute œuvre des collections publiques protégées par la loi, Le Père était inaliénable. Sa restitution aux descendants de David Cender devait donc être autorisée par une loi spécifique, adoptée par l'Assemblée nationale le 25 janvier et par le Sénat le 15 février 2022.

Sur le même thème

Art moderne

Marc Chagall (Vitebsk, 1887 – Saint-Paul-de-Vence, 1985)

Peretz Markish (Polonne, 1895 – Moscou, 1952)

Oser Warszawski (Sochaczew, 1898 – Auschwitz, 1944)

Paris, 1924

Art moderne

Chaïm Soutine (Smilovitchi, 1893 – Paris, 1943)

Paris, vers 1925

Art moderne

Jules Pascin (Vidin, 1885 – Paris, 1930)

États-Unis, 1916