Bloch versus Swann, le judaïsme imaginaire de Marcel Proust

« Le mufle et le prophète : Bloch versus Swann, ou le judaïsme imaginaire de Marcel Proust »

Conférence de Philippe Zard, professeur de littérature comparée, université Paris Nanterre

À l'occasion de l'exposition « Marcel Proust. Du côté de la mère »

Type de manifestation 
intervenants 
date de la manifestation 
24 mai 2022
Domaines 
type de media 

Écrivain et juif, mais aucunement « écrivain juif », Marcel Proust n’en a pas moins peuplé son œuvre de figures juives mémorables, et parfois séminales.

Si le Narrateur de La Recherche n’est pas juif, son plus vieil ami, Albert Bloch, l’est très visiblement, ne fût-ce que par ses mauvaises manières, et Charles Swann, son initiateur, passe encore pour l’être malgré son baptême. L’ironie veut pourtant que Bloch finisse en écrivain célébré sous le pseudonyme très chrétien de Jacques du Rozier, tandis que Swann, mondain bien en cour jusque dans les cercles antisémites, achève sa vie en dreyfusard « fanatique », comme s’il rentrait au « bercail religieux de ses pères »…

Entre sociologie et mythologie fin-de-siècle, méditation sur la « race » et exploration indirecte de ses propres origines, Proust dessine à travers le tandem de Bloch et de Swann une passionnante cartographie imaginaire du judaïsme.